Quantcast

Utilisation expérimentale d’un nouvel instrument de mucosectomie

Research paper by Brigitte Schumacher, H. Neuhaus, M. D. Enderle

Indexed on: 01 Oct '07Published on: 01 Oct '07Published in: Acta endoscopica



Abstract

Introduction: La dissection sous-muqueuse endoscopique (DSE) a été introduite au Japon pour la résection en bloc des néoplasies gastriques au début. Techniquement difficile et longue à réaliser, dans les pays occidentaux, la méthode n’a pas encore été étudiée jusqu’à présent au niveau de l’œsophage comme alternative possible à la résection muqueuse endoscopique (RME). Le but de l’étude est de tester la DSE au niveau de lésions œsophagiennes bien définies dans un modèle porcin grâce à l’utilisation d’un nouveau bistouri hybride.Méthodes et résultats: Le bistouri hybride a été testé par deux endoscopistes au niveau de 14 zones présélectionnées d’œsophage isolé de cochon du modèle «Erlangen Active Simulator for Interventional Endoscopy» (EASIE). La durée moyenne de la procédure consacrée à l’incision circonférentielle et à la dissection était respectivement de 11′43″ (± 4′0,8″) min et 18′29″ (± 9′43″) min. Toutes les lésions ont pu être réséquées totalement en une seule pièce. Les dimensions moyennes des pièces réséquées étaient de 35,0 mm × 25,0 mm. Trois perforations, d’un diamètre maximal respectif de 0,3, 0,5 et 1,0 mm, sont survenues dans 2 cas, consécutives à l’incision circonférentielle de la muqueuse (n=1) ou à la dissection sous-muqueuse (n=2). Les volumes moyens de liquides injectés pour les incisions circonférentielles et les dissections étaient respectivement de 97,1 (± 79,9) ml et 106,1 (± 77,7) ml.Conclusion: La DSE est efficace dans la résection en bloc de lésions œsophagiennes étenduesin vitro. Le risque de perforation reste encore élevé mais pourrait être réduit davantage en augmentant le volume d’eau et en améliorant le prototype de ce premier bistouri hybride.