Quantcast

Texte 5 : situations spécifiques ☆

Research paper by Gaëlle Cheisson, Sophie Jacqueminet, Emmanuel Cosson, Carole Ichai, Anne-Marie Leguerrier, Bogdan Nicolescu-Catargi, Alexandre Ouattara, Igor Tauveron, Paul Valensi, Dan Benhamou

Indexed on: 21 May '17Published on: 09 May '17Published in: Anesthésie & Réanimation



Abstract

La chirurgie ambulatoire est réalisable chez le patient diabétique. Par une approche organisationnelle et technique plus fine, elle minimise le risque de déséquilibre et permet au patient un retour plus rapide à ses conditions de vie antérieures. Compte tenu du contexte de cette chirurgie avec retour à domicile le jour même, les objectifs sont de minimiser les modifications du traitement antidiabétique, de maintenir un contrôle glycémique adéquat, de reprendre une alimentation orale le plus rapidement. L’évaluation préopératoire est de même nature que pour le patient hospitalisé et un contrôle récent d’HbA1c est nécessaire. La prise en charge périopératoire et la gestion des traitements dépendent du nombre de repas sautés. Le retour à domicile se fait après reprise de l’alimentation et des traitements habituels. Une hospitalisation est nécessaire si apparaît un déséquilibre glycémique trop important. L’autre situation spécifique développée est la grossesse. Il faut différencier le diabète préexistant connu (DT1 ou DT2) et le diabète gestationnel, défini comme une intolérance au glucose découverte pendant la grossesse. Pendant l’accouchement, les glycémies doivent être maintenues entre 0,8 et 1,4 g/L (4,4 à 8,25 mmol/L). Le contrôle glycémique est assuré par une insulinothérapie IVSE sous couvert d’une perfusion glucosée. En post-partum, la prise en charge dépend du type de diabète : reprise du schéma basal-bolus en diminuant les posologies d’insuline pour le DT1 et DT2 insulino-traité et arrêt de l’insuline pour le diabète gestationnel. Un traitement est envisagé secondairement si les glycémies restent supérieures à 1,26 g/L (7 mmol/L).

More like this: