Quantcast

Surveillance endoscopique et traitement du cancer gastrique au début

Research paper by H. Shimao, Y. Yokoyama, Y. Hiki, Y. Sakakibara

Indexed on: 01 Jan '95Published on: 01 Jan '95Published in: Acta endoscopica



Abstract

La présente étude comporte l’analyse rétrospective des résultats du traitement du cancer gastrique au début, respectivement par résection muqueuse endoscopique (RME) dans 106 cas et d’autre part, par traitement au laser dans 108 cas. Les auteurs ont examiné les critères déterminant le choix de la méthode optimale de traitement du cancer gastrique au début, y compris le choix d’un éventuel mode d’intervention chirurgicale. En fonction de l’examen histopathologique des tissus réséqués et de l’existence de métastases lymphatiques, les lésions ont été réparties en deux groupes: un groupe à «indication absolue» et un groupe à «indication relative». Les taux de résection complète après RME ont été respectivement de 69,7 % (53/76) dans le groupe «indication absolue» et de 20 % (6/30) dans le groupe «indication relative». Dans le groupe «indication absolue», les taux de cancers résiduels après traitement au laser étaient de 0 % (0/24) et le taux de récidive tumorale après traitement au laser était de 4,2 % (1/24). Le taux cumulé de curabilité, comportant la guérison de la lésion tumorale récidivante après traitement supplémentaire, était de 100 % pour le même groupe (20/24). Dans le groupe «indication relative», le taux de cancers résiduels était de 17,4 % (8/46), le taux de récidive était de 13,2 % (5/38) et le taux cumulé de curabilité était de 97,4 % (37/38).Ces résultats montrent que les réponses au traitement d’un cancer gastrique au début sont meilleures après application du laser qu’après résection par RME. Néanmoins, la RME présente l’avantage de fournir des échantillons tissulaires disponibles pour examen histopathologique. Cette caractéristique de la RME la rend recommandable en première intention pour le traitement d’un cancer au début classé dans le groupe «indication absolue», puisqu’il est possible après traitement, d’assurer sur base histopathologique la curabilité de la lésion. Un traitement par laser est indiqué en cas d’échec du traitement du cancer gastrique par RME ou dans les cas pour lesquels une RME est techniquement difficile à effectuer. Dans le groupe à «indication relative», sans élimination possible de métastases lymphatiques, certaines techniques opératoires permettent l’exérèse simultanée des ganglions lymphatiques et donc, sont recommandables en première intention.Le traitement endoscopique par laser est recommandé pour les patients de ce groupe lorsqu’ils refusent la chirurgie ou sont exposés à des risques inacceptables du fait de maladies intercurrentes ou de leur grand âge.