Quantcast

Intérêt de la polygraphie ventilatoire avec une voie EEG pour la classification de la sévérité du SAHOS

Research paper by P. Escourrou, Z. Balekji; C. Berthomier; G. Baffet; M. Brandewinder; P. Berthomier; N. Puisais; C. Colas Des Francs; F. Aussert; G. Roisman

Indexed on: 07 Mar '18Published on: 26 Feb '18Published in: Médecine du Sommeil



Abstract

Publication date: March 2018 Source:Médecine du Sommeil, Volume 15, Issue 1 Author(s): P. Escourrou, Z. Balekji, C. Berthomier, G. Baffet, M. Brandewinder, P. Berthomier, N. Puisais, C. Colas Des Francs, F. Aussert, G. Roisman Objectif L’index d’apnées-hypopnées (IAH) déterminé par la polygraphie ventilatoire (PV) dans le SAS a une validité limitée par la durée inconnue du sommeil et la non prise en compte des hypopnées non désaturantes mais suivies d’un micro-éveil. Il en résulte des erreurs dans la détermination de la sévérité du SAHOS. Le but a été de comparer la polysomnographie (PSG) avec une PV associée à l’analyse automatique d’une voie EEG (PV+). Méthodes Vingt-cinq patients (47 ans, 12H, 33kg/m2) suspects de SAHOS ont eu une PSG ambulatoire avec un CID-LXe (Cidelec) équipé d’une voie EEG supplémentaire (Cz-Pz). L’analyse a été réalisée en aveugle par 2 somnologues (S1,S2) en PV puis en PV+ sur les périodes de sommeil déterminées par l’algorithme d’analyse automatique de détection veille et sommeil ASEEGA (A) sur CzPz et enfin en polysomnographie (PSG) suivant les critères de l’AASM. Les comparaisons portent sur le scorage veille/sommeil : tests de Kappa (K) et les IAH : ANOVA. Résultats L’accord pour le scorage V/S était de 94 % (coefficient kappa K=0,81) entre S1 et S2 et 96 % (K=0,79) entre A et le consensus de S1 et S2. Le temps total de sommeil a été : S1=393±79min, S2=398±76, A=391±79 (p NS). Les IAH mesurés en PV 24±4, en PV+ 27±5 et PSG 31±5 étaient significativement différents (p <0,001). Par rapport à PV, 4 (16 %) patients ont une classe de sévérité de SAS supérieure en PV+ et 8 (32 %) supérieure en PSG. Conclusion Par l’analyse automatisée V/S, la PV+ permet de mieux déterminer la sévérité des SAS que la PV, mais la prise en compte des micro-éveils respiratoires reste nécessaire pour égaler la PSG.