Quantcast

Importance de la tumeur résiduelle et de la rémission histologique complète

Research paper by P. Chollet, S. Amat, H. Curé, J.–L. Achard, M.-A. Mouret–Reynier, J. Dauplat, F. Penault–Llorca

Indexed on: 01 May '04Published on: 01 May '04Published in: Oncologie (Paris, France)



Abstract

Un des atouts de la chimiothérapie néo-adjuvante est de permettre l’évaluation de la chimiosensibilité tumorale in vivo. La maladie résiduelle évaluée après chimiothérapie néo–adjuvante par le biais de la réponse histopathologique, le grade SBR, l’envahissement ganglionnaire ou par d’autres facteurs comme le grade NPI, semble être un indicateur puissant de la chimiorésistance du cancer du sein. Son évaluation doit se substituer aux paramètres pronostiques classiques disponibles avant le traitement et permet, d’une manière générale, d’identifier des sousgroupes de patients de pronostic plus ou moins favorable, pour lequel un traitement adjuvant adapté pourrait être administré. En cas de non–réponse à la chimiothérapie prescrite, il est maintenant possible d’en tenir compte pour administrer d’autres médicaments antitumoraux « sans résistance croisée » avec les précédents. L’influence sur la survie d’une adaptation thérapeutique durant la chimiothérapie néo–adjuvante reste cependant à évaluer.