Quantcast

Étude de la consommation alimentaire d'Exochomus flaviventris (Col.: Coccinellidae) prédateur de la cochenille du maniocPhenacoccus manihoti (Hom.: Pseudococcidae)

Research paper by J. Kanika-Kiamfu, G. Iperti, J. Brun

Indexed on: 01 Sep '93Published on: 01 Sep '93Published in: BioControl



Abstract

Les besoins alimentaires de chaque stade de développement larvaire et des jeunes femelles d'E. flaviventris Mader ont été définis par rapport à deux cochenilles associées au manioc;:Planococcus citri Risso (proie locale) etPhenacoccus manihoti Mat.-Ferrero (proie exotique) dans les conditions de laboratoire (T=25°C±1°C; H.R.=80–90%; photopériode=L/D: 12/12).Ces deux proies constituent des «nourritures essentielles» pourE. flaviventris qui les consomme en plus grande quantité par rapport aux autres coccinelles qui se nourrissent aux dépens, de la cochenille du manioc. Il faut en moyenne 71,8 mg de matière fraîche deP. manihoti (œufs+jeunes femelles) ou 86,9 mg deP. citri (œufs+jeunes femelles) àE. flaviventris pour atteindre le stade adulte. Dans chaque cas, les larves du prédateur de quatrième stade se montrent plus voraces avec plus de 70% de la consommation totale. Les jeunes, femelles consomment moins que les larves du dernier stade principalement quand il s'agit de la proie exotique.P. manihoti semble avoir été rapidement adoptée parE. flaviventris après son introduction accidentelle en Afrique. Sans être d'une valueur alimentaire exceptionnelle, elle est mieux exploitée que la cochenille indigène et procure un poids moyen de 10,9 mg aux adultes du prédateur à leur émergence.