Quantcast

Dysphagie au cours du cancer de l’œsophage

Research paper by L. Poincloux

Indexed on: 01 Aug '06Published on: 01 Aug '06Published in: Acta endoscopica



Abstract

La dysphagie est le «maître-symptôme» du cancer de l’œsophage présente dans 90 % des cas que ce soit dans l’histoire naturelle de la maladie ou lors de la prise en charge thérapeutique. C’est un facteur indépendant de mauvais pronostic. Elle concerne aussi bien la dysphagie mécanique que la dysphagie radique à laquelle le thérapeute est de plus en plus souvent confronté avec le recul des indications chirurgicales et qui ne doit pas être méconnue ou mise sur le compte du contexte cancéreux. La prise en charge thérapeutique doit être la plus précoce possible car la dénutrition qui en résulte est également un facteur péjoratif indépendant. Les prothèses métalliques expansives œsophagiennes ont supplanté les prothèses plastiques et les autres techniques endoscopiques et leurs améliorations techniques ont diminué leur morbidité et permettent de traiter pratiquement toutes les sténoses tumorales. Leur place dans la stratégie thérapeutique doit cependant être décidée en concertation multidisciplinaire. Les dilatations endoscopiques sont toujours utiles dans l’attente des traitements anticancéreux. L’utilisation de facteurs de croissance leucocytaires par voie orale semble prometteuse pour l’œsophagite radique aiguë tandis que le traitement de l’œsophagite radique chronique reste essentiellement endoscopique. Le rôle préventif de l’amifostine dans ces indications reste à évaluer.