Quantcast

Contrast-enhanced MRI versus myelography and contrast-enhanced CT in postdiskectomy problems

Research paper by Mårten Annertz, Gunnar Hägglund, Stig Holtås, Bo Jönsson, Björn Strömqvist

Indexed on: 01 Sep '92Published on: 01 Sep '92Published in: European Spine Journal



Abstract

Il est essentiel de faire la part entre la fibrose cicatricielle et une hernie discale au cours des récidives symptomatiques survenant après une discectomie lombaire, car la réintervention pour une fibrose cicatricielle isolée aboutit le plus souvent à un résultat défavorable. La fibrose épidurale est un tissu vascularisé qui peut être rehaussé par l'injection intra-veineuse d'un produit de contrast permettant de la distinguer du matériel discal avasculaire. Dix patients ayent été préalablement opérés pour hernie discale et présentant une récidive symptomatique assez sévère pour justifier un éventuel geste chirurgical, ont été explorés avant la réintervention par saccoradiculographie, IRM et tomodensitométrie. L'IRM a été rélisée avec des séquences pondérées en T1 (T1-w) et T2 (T2-w), dans les plans sagittal et transversal, avant et après injection d'un produit de contraste. Les coupes tomodensitométriques ont été réalisées avant et pendant la perfusion intraveineuse du produit de contraste. Chez 9 patients sur 10, la réintervention a mis en évidence le tissue cicatriciel, seul ou accompagné de substance discale. Dans 8 cas l'IRM a permis de mettre en évidence un rehaussement au niveau de la fibrose cicatricielle, sans aucune prise de contraste au niveau du disque; en aucun cas celà n'a été observé au scanner. Quelle que soit la modalité d'exploration, aucun rehaussement n'a été observé au niveau de la substance discale. Le diagnostic correct a été donné par l'IRM dans 9 cas sur 10 et par le scanner dans 3 cas seulement sur 10. La tomodensitométrie ne s'est montrée supérieure à l'IRM que chez un seul patient qui présentait une sténose canalaire osseuse. En aucun cas la saccoradiculographie n'a pu distinguer le disque du tissu cicatriciel. En conclusion, l'IRM avec injection de contraste est effectivement supérieure à l'IRM sans contraste, à la tomodensitométrie avec ou sans injection, ainsi qu'à la saccoradiculographie, pour distinguer la substance discale de la fibrose cicatricielle post-opératoire.