Quantcast

Anterior decompression and plate fixation in fracture dislocations of the lower cervical spine

Research paper by M. Laus, G. Pignatti, D. Tigani, C. Alfonso, A. Giunti

Indexed on: 01 Aug '93Published on: 01 Aug '93Published in: European Spine Journal



Abstract

Le traitement chirurgical des lésions traumatiques instables du rachis cervical peut être réalisé par un abord postérieur ou antérieur, avec des avantages et des inconvénients différents. Vingt patients ont été traités par décompression antérieure et arthrodèse intersomatique associant une greffe autogène d'os iliaque et une ostéosynthèse par plaque antérieure de Louis. Les vis ont été implantées dans le corps vertébral sans atteindre le mur vertébral postérieur. La série comportait 18 hommes et 2 femmes, agés de 18 à 66 ans (âge moyen=36 ans). La lésion ostéoarticulaire était dans 8 cas une fracture en tear-drop, et dans 12 cas une fracture-dislocation. Le mécanisme lésionnel était soit la flexion-compression, soit la flexion-rotation, soit l'hyperflexion, soit encore l'hyperextension. Une lésion médullaire complète a été retrouvée dans 10 cas, un syndrome central de la moelle dans 5 cas, une atteinte radiculaire isolée dans 3 cas, un syndrome médullaire antérieur dans 1 cas, et une fonction neurologique normale dans un seul cas. Dans les suites lointaines, la fusion de la greffe a été observée dans tous les cas, sans désaxation rachidienne apparente, ni rupture de l'implant, ni démontage aseptique du matériel. L'aggravation neurologique n'a jamais été observée. Un cas, compliqué d'une infection tardive a guéri sans problème après ablation de la plaque, mise à plat et antibiothérapie. Une fistule de l'hypopharynx due à une perforation du sinus piriforme est apparue à la suite de bronchoscopies répétées 12 mois après l'intervention. II n'y avait aucun signe de démontage de l'implant et la lésion était consolidée. Du point de vue neurologique, les 10 patients présentant une lésion médullaire complète sont restés inchangés; ceux présentant des lésions médullaires incomplètes se sont améliorés de 1 à 2 degrés selon l'échelle de Frankel; ceux présentant une atteinte radiculaire isolée ont totalement récupéré et le patient neurologiquement intact est resté inchangé. Le présent travail et les données rapportées dans la littérature démontrent que dans les lésions du rachis cervical, la chirurgie antérieure associée à la fixation par plaque vissée, permet de réaliser une décompression neurologique complète grâce au contrôle visuel direct. D'un autre côté, la chirurgie postérieure peut n'obtenir qu'une décompression incomplète avec maintien de la détérioration neurologique qui s'y associe. L'instrumentation antérieure par plaque s'est montrée mécaniquement valable, même si elle est moins stable que les montages postérieurs. Les avantages de la chirurgie antérieure comparés à ceux de la chirurgie postérieure sont tels que les risques spécifiques sont acceptables. La chirurgie postérieure n'est indiquée que si la réduction orthopédique préopératoire ne peut pas être réalisée.